Actualités

l'UGEI présente ses propositions à destination des candidats à l'élection présidentielle

Prochain quinquennat : vers l’égalité de droit entre les établissements privés évalués par l’Etat et les établissements publics

Paris, le 14 février 2022

 

En France, les restrictions qui pèsent sur les établissements d’enseignement supérieur privé et leurs étudiants sont encore nombreuses : interdiction de délivrer des diplômes de licence et de master ; étudiants qui paient les frais de scolarité deux fois, par l’impôt et auprès de l’établissement ; services d’aide publics aux étudiants moins accessibles dans le privé…

Pourtant, l’État contrôle déjà la qualité de l’enseignement dispensé dans une bonne part des établissements privés, comme il le fait pour le public : pour nombre d’entre eux, celle-ci est très bonne. La qualité de l’enseignement ne dépend pas du statut, public ou privé, de l’établissement. Ailleurs dans le monde, on relève aussi une grande majorité d’établissements privés dans le top des classements.

 

A l’approche des élections présidentielles, l’Union des grandes écoles privées indépendantes (UGEI), qui représente 37 grandes écoles privées indépendantes accueillant plus de 81 000 étudiants toutes formations confondues, souhaite donc contribuer aux débats sur cette question, et à la réflexion des décideurs publics et équipes de campagne.

Il semble en effet que face à la compétition internationale de plus en plus intense pour attirer et former les talents les plus brillants, toutes les énergies, issues du public et du privé, doivent être mobilisées. Sans cela, l’écosystème français d’enseignement supérieur et de recherche restera en deçà de son potentiel stratégique.

Cela implique notamment de :

  • autoriser les établissements privés reconnus par l’Etat à délivrer des diplômes de licence, de master ou de doctorat : cette interdiction qui pèse sur eux est injuste et nuit à leur attractivité internationale ;
  • améliorer l’accès aux dispositifs publics en faveur d’une meilleure vie étudiante pour les élèves inscrits dans des établissements privés : accès aux services de santé universitaire, Crous… ;
  • permettre aux équipes de recherche des établissements privés de contribuer à la recherche nationale en participant à des appels à projets publics (PIA, ANR…) ;
  • donner la possibilité aux étudiants inscrits dans un établissement supérieur privé ou à leur famille de déduire de leurs impôts une partie des frais de scolarité, comme c’est possible dans de nombreux pays, afin qu’ils ne paient pas deux fois des frais de scolarité (via leurs impôts pour financer les établissements publics, et auprès de leur établissement privé).

 

L’UGEI adresse ainsi des propositions de mesures détaillées aux décideurs publics et candidats à l’élection présidentielle, en espérant que cela stimule un débat de fond sur la place de l’enseignement supérieur privé dans la politique nationale d’enseignement supérieur et de recherche.

 

 

 

À propos de l’UGEI

L’Union des Grandes Ecoles Indépendantes (UGEI) est une association représentative de l’enseignement supérieur privé, regroupant 37 établissements privés évalués par l’Etat et participant au service public d’éducation, accueillant plus de 81 000 étudiants toutes formations confondues. Au nom de ses membres, l’UGEI formule des propositions et rend des avis motivés, depuis plus de 25 ans, sur les questions relatives à l’enseignement supérieur et à la recherche, et leurs implications pour les établissements privés.

 

Site internet : https://www.ugei.fr/  

Twitter : https://twitter.com/ActuUGEI

LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/union-des-grandes-ecoles-ind%C3%A9pendantes

 

Contact presse :

sophie.savin@ugei.fr

 

les écoles Membres

14

écoles de Management

23

écoles d'Ingénieurs

1

école de Design

38

écoles Membres